B-magic contribution to exhibition at Université Libre de Bruxelles

When the exhibition “Cent ans d’un prix Nobel » on professor of medicine Jules Bordet” will open on 8 October 2019 at the Salle Allende on ULB’s Solbosch Campus in the heart of Brussels, visitors will learn also about the impact of the magic lantern at ULB. The re-discovery of the important lantern slide collection kept by the ULB Archive, and the activities organised for its preservation by B-magic team member Sabine Lenk, led the curator Nathalie Levy to open a small section for the reflection on the lantern as teaching tool. Most of the ULB slides were produced by researchers such as Abraham Léo Errera (biology), Jean Massart (biology), Émile Waxweiler (biology, sociology), working at the “scientific city” situated at Parc Léopold. Jules Bordet, well-known for his discoveries in bacteriology and immunology for which he received the Nobel Price in Physiology / Medicine in 1919, was inspired in his work in the 1890s by the intellectually challenging and creative sphere at Parc Léopold where he started his first experiments in Massart’s and Errera’s laboratories. It is in this scientific nucleus that progressively professors started to rely on the photographic reproduction of their experiments on glass-plates to disseminate the result of their research by presentations with the lantern in class and at conferences. The exhibition on the life and work of Jules Bordetwill be open until 22 December.

 

More information on the events celebrating Jules Bordet: https://actus.ulb.be/fr/presse/communiques-de-presse/recherche/100-ans-nobel-jules-bordet-invitation-vernissage-seance-academique

 

CiASp accueillera cette année la professeure Beatriz Martínez del Fresno de l’université d’Oviedo en tant que chercheuse invitée

CiASp accueillera cette année la professeure Beatriz Martínez del Fresno de l’université d’Oviedo en tant que chercheuse invitée


 

Beatriz Martínez del Fresno est professeure des universités au département d’histoire de l’art et musicologie de l’Universidad de Oviedo. Docteure en histoire de l’art (avec une thèse en musicologie) et diplômée en piano par le conservatoire d’Oviedo, elle travailla pendant trois ans au conservatoire de Bilbao avant d’intégrer comme enseignante l’Universidad de Oviedo en 1986. Au cours de sa carrière, elle a été responsable de diverses matières liées à l’histoire de la musique, l’histoire de la danse et les méthodes de recherche musicale. Elle a été invitée comme enseignante de License, Master et Doctorat par les universités de Saint-Jacques-de-Compostelle, Valladolid, Salamanque, Grenade et Uruguay, ainsi que par le INBA du Mexique. Actuellement elle est professeure dans la License en histoire et sciences de la musique (Faculté de Philosophie et Lettres de l’Universidad de Oviedo) et dans le Master interuniversitaire en Patrimoine musical (Universidad Internacional de Andalucía, Universidad de Granada et Universidad de Oviedo). Ces dernières années elle a dispensé des cours liés à la documentation du patrimoine musical, histoire de la danse pendant le XXe siècle et les études de genre appliquées à la musique.

Son séjour à l’ULB a un double but. D’un côté Beatriz veut observer les formes de travail et les méthodologies d’analyse suivies dans le Master en Arts du spectacle vivant et dans le Doctorat en Arts et sciences de l’art. La gestion des diplômes et l’expérience du corps enseignant quant aux problématiques de l’étude de spectacles vivants, leurs réflexions et méthodologies spécifiques, ainsi que la façon d’aborder les recherches des étudiants peuvent entraîner un grand intérêt comme référence pour renforcer le développement de la recherche académique à propos de la danse et les arts du spectacle en Espagne. En ce qui concerne le Doctorat, l´’articulation de la relation entre création appliquée et réflexion théorique est de même un élément clé pour conseiller un genre de thèse en danse qui commence à avoir une certaine demande en Espagne, dans une ligne de travail qui précise de nouvelles formes de collaboration entre académiciens et artistes. Parallèlement elle souhaite rencontrer les membres de CiASp et de MuCiA qui soient intéressés par l’étude de l’imbrication de la musique, la danse et le théâtre dans des processus socioculturels, identitaires et politiques du XXe siècle dans le contexte de régimes dictatoriaux et transition démocratique. Le but de cet échange est d’enrichir la perspective internationale du projet de l’État espagnol coordonné par l’Universitat Autònoma de Barcelona et l’Universidad de Granada, duquel fait partie la chercheuse, et qui étudiera ce sujet en Espagne, particulièrement pendant la deuxième partie du franquisme, le franquisme tardif et la transition démocratique (1959-1978) à la suite d’une ligne consacrée auparavant aux années de la guerre civile et la première partie du franquisme. A cet égard, le séjour à Bruxelles sera profité pour réaliser un travail d’archivage lié aux fonds des compagnies qui ont joué en Espagne pendant la chronologie du projet en cours.

 

Contact: mbeatriz@uniovi.es

Publication de l'ouvrage collectif "Créons au musée"

Nous avons le plaisir de vous annoncer la publication de l’ouvrage collectif « Créons au musée » (sous la direction de Katia Legeret, éditions Geuthner) qui inclut l’article de Pierre Larauza faisant suite à une communication, supportée en novembre dernier par le CiAsp (aide à l’hébergement sur Paris), pour le colloque « L’intime à l’œuvre II : SURexposition(s). Connaître l’œuvre exposée et muséale par la performance » au Musée national des arts asiatiques-Guimet.

Sur fond de témoignage sur une expérience chorégraphique menée au Musée des Beaux-arts de Hô Chi Minh-Ville au Vietnam, l’article questionne les mutations qu’opère l’immersion de la danse dans les musées au niveau de la spectatorialité, amenée à être hybride. Il s’intitule « Regards croisés sur la danse au musée. Performance, workshop, répétitions et spectacle : quatre variations chorégraphiques expérimentées dans un espace muséal au Vietnam ».

Le centre de recherche en cinéma et arts du spectacle (CiASp) de l’ULB accueille VESTA GRABŠTAITĖ de la Vilnius Music and Theatre Academy of Lithuania en tant que chercheur visiteur

Le centre de recherche en cinéma et arts du spectacle (CiASp) de l’ULB accueille VESTA GRABŠTAITĖ de la Vilnius Music and Theatre Academy of Lithuania en tant que chercheur visiteur

From 1986 to 1990 Vesta GRABŠTAITĖ studied movement improvisation and worked as an actress in Moscow at Improvisation Theatre Studio under Oleg Kiseliov, director and creator of improvisation method “Logic of Movement”.  From 1990 till 1996 she studied the Suzuki Method of Actors training at the Japan Performing Arts Centre in Toga, Japan, and became certified teacher. She studied the traditional Okinawa dances (under Hisae Takamine), Japanese language, music, and martial arts at Institute for Research of Traditional Okinawa Dances (Japan).  From 2000 to 2005 she studied at the Music and Theatre Academy of Lithuania and received her Master degree in theatre directing. Currently she is running the Art Research Studies at Vilnius Music and Theatre Academy of Lithuania where she works as a teacher and head of Acting and Directing Department.  As a director she is specialised in opera creation and as a choreographer she is mainly cooperating with Oskaras Koršunovas Theatre (OKT). 

Vera about her research at CiASP (ULB): “The global intention of my research turns around the theatre creation processes. I try to explore the processes that actor, as an individual, is confronted to. I focus attention on the construction of acting structures adapted to the performance content. The models that I study are applying complex systems theory and focusing on actor potentialities as a basic support of the interactive process. In Brussels I observe the teaching of actors and I analyse various aspects of body-mind approaches proposed to the actors. My theses would like to verify if there are some specific factors of consciousness evolution in the individual when applying appropriate didactical cognitive supports in his/her acting construction.”

Publication "Petites Mythologies Flamandes" - Jan Baetens et Karel Vanhaesebrouck

Petites Mythologies Flamandes

Jan Baetens et Karel Vanhaesebrouck

La Lettre Volée – Essays
Photographies de Brecht Van Maele

Que signifie être ou se sentir Flamand ? La question flamande semble être un noeud gordien: langue et culture, histoire et économie, politique et justice y sont inextricablement liées. cependant, tout au long de ce fouillis, un autre fil rouge se dévide, presque inévitablement, celui de l’identité flamande, en tant que fiction et en tant que réalité. Philosophes, médias, politiques et hommes de la rue, tout le monde a son opinion sur cette identité flamande, tout comme les auteurs de cet essai inspiré des Mythologies de roland Barthes. À travers les trente vignettes analysées ici, ils interrogent la manière dont le Flamand se présente dans son comportement quotidien : que regarde-t-il à la télévision? comment tond-il sa pelouse? quand aime-t-il aller au bistrot? quelles expressions aime-t-il ressasser? comme Freud dans sa Psychopathologie de la vie quotidienne, les auteurs tentent de pénétrer « l’être » flamand, en regardant ce que le Flamand fait (ou non) et en écoutant comment le Flamand parle (et ce qu’il pourrait cacher).

Parution de l'ouvrage "Connaît-on la chanson?: Usages de la chanson dans les cinémas d'Europe et d'Amérique Latine depuis 1960"

Connaît-on la chanson?

Usages de la chanson dans les cinémas d’Europe et d’Amérique Latine depuis 1960

Collections : Repenser le cinéma / Rethinking Cinema

Edited By Sophie Dufays, Dominique Nasta and Marie Cadalanu

Les chansons, liées au cinéma depuis ses origines, ont acquis une force nouvelle et singulière tant dans les productions commerciales que dans les films d’auteur récents, notamment en Europe et en Amérique latine. Mais si les études consacrées aux rôles de la chanson et de la musique populaire dans le cinéma se sont multipliées, peu de travaux ont considéré leur place dans les cinémas européens et latino-américains au-delà de la période classique.

C’est sur un corpus de films à chansons parus à partir des années 1960 que se concentre le présent ouvrage. Les différentes contributions proposent un panel d’approches novatrices et complémentaires, esthétiques mais aussi culturelles, historiques et musicologiques, qui offrent un éclairage inédit sur cette production.

L’ambition de ce volume est de participer au développement d’une analyse esthétique et théorique du film à chansons dégagée du modèle hollywoodien mais aussi, plus largement, de tout modèle générique. Penser la place qu’occupe la chanson dans des cinématographies très variées géographiquement et historiquement, du cinéma français au cinéma brésilien en passant par les cinématographies d’Europe de l’Est, permet de susciter de nombreux rapprochements susceptibles d’ouvrir la voie à de nouvelles approches.

 

Résultats du projet INNOVIRIS The Diversity of Work in the Creative and Cultural Industries

Le 4 décembre 2018 les chercheurs du projet Innoviris The Diversity of Work in the Creative and Cultural Industries ont présenté les résultats de leurs recherches lors d’un colloque de clôture. Ce projet (financé par le programme Anticipate de l’organisme bruxellois de promotion de la recherche Innoviris) a été dirigé par une équipe interdisciplinaire de six professeurs (Jean-Louis Genard [ULB], Judith le Maire [ULB], Christine Schaut [USL-B], Karel Vanhaesebrouck [ULB], Bas van Heur [VUB] et Walter Ysebaert [VUB]) et parrainée par le Réseau des arts à Bruxelles/Brussels Kunstenoverleg (RAB/BKO) et Perspective.brussels. La partie empirique de la recherche a été menée par les sociologues François Rinschbergh (ULB/USL-B), Eva Swyngedouw (VUB et ULB) et Jef Vlegels (VUB/UGent).

Pendant près de 4 ans, une équipe interdisciplinaire de chercheur.e.s issu.e.s de l’ULB, l’USL-B et la VUB s’est intéressée de près à la diversité des univers culturels et créatifs de Bruxelles. L’ambition de cette recherche collective a été de contribuer à une meilleure connaissance de ce large domaine, d’enquêter sur les pratiques de ses divers acteurs (au sein de différents secteurs) ainsi que de questionner l’adéquation entre leurs besoins et les réponses apportées par les (multiples) politiques culturelles qui s’appliquent sur le territoire de la Région bruxelloise.

Le colloque de clôture de notre projet Innoviris fut l’occasion de présenter les principaux résultats de nos enquêtes et d’annoncer la publication d’un ouvrage coordonné par notre équipe et portant sur « la créativité » dans cette « ville divisée » qu’est Bruxelles (Cahiers Urbains de la VUBPress, 2018). Vous pouvez commander le livre en suivant ce lien: https://www.aspeditions.be/en-gb/book/cultural-creative-industries-in-brussels/16470.htm.

Vous pouvez également consulter notre brochure qui offre une synthèse de résultats de recherche ainsi qu’une série de recommandations.

 

Contact:

Prof. Karel Vanhaesebrouck (ULB-CiASp): karel.vanhaesebrouck@ulb.ac.be

Dr. Eva Swyngedouw (ULB-CiASp et VUB-Cosmopolis): Eva.Swyngedouw@vub.ac.be