Symposium: "Projecting Pathos: Emotions and the Magic Lantern" - 15 & 16 mai 2020 - Cinematek

Symposium: « Projecting Pathos: Emotions and the Magic Lantern »

Date: 15-16 May 2020

Venue: CINEMATEK, Rue Baron Horta 9, 1000 Brussels

The fifth workshop organized within the framework of the EOS-funded B-Magic project will focus on the role of emotions in magic lantern performances and is organized by the B-magic ULB Cinema team and the Centre de recherche en Cinéma et Arts du Spectacle (CiASp) of the ULB. This interdisciplinary workshop will explore the emotional strategies used during lantern performances, as well as their impact on the spectators, and therefore brings together scholars working in different fields related to the magic lantern and emotions: media archaeology, the history of emotions and the cognitive sciences.

The following keynote speakers have confirmed their attendance: André Gaudreault (Université de Montréal), Anja Laukötter (Max Planck Institute), Johannes Riis (University of Copenhagen) and Valentine Robert (Université de Lausanne).

Besides, an exceptional magic lantern performance will be produced in collaboration with the Canada Research Chair in Cinema and Media Studies of the Université de Montréal and the Pôle de recherche en communication (PCOM) of the UCLouvain.

More information about the programme of the workshop will be available in due time on the B-magic website: www.B-magic.eu

 

Symposium: "Arts of Oblivion" - 19 & 20 mars 2020 - KASKcinema Gand

Symposium: « Arts of Oblivion »

Artistic, academic, and activist perspectives on the politics of forgetting

Date: 19-20 march 2020

KASKcinema – Gent

Keynotes: Pumla Gobodo-Madikizela and Michael Rothberg

Participants: Joachim Ben Yakoub, Collectif Mémoire Coloniale et Lutte contre les Discriminations, Branka Benčić, Stoffel Debuysere, Mitchell Esajas, Oliver Frljić, Quinsy Gario, Carole Umulinga Karemera, Eline Mestdagh, Laura Nsengiyumva, Anna Reading, Selma Selman, Reem Shilleh, Christel Stalpaert, Matthew Stanard, Vesna Teršelič, Sarah Vanagt, Petra Van Brabandt, and others.

Organizers: Jelena Jureša, Marte Van Hassel, and Stef Craps
Event dates: 19-20 March 2020
Location: KASKcinema, Godshuizenlaan 4, 9000 Gent

Programme and registrationwww.artsofoblivion.be

FB event

In recent years theorists and practitioners of memory have increasingly turned their attention to memory’s “other,” forgetting or oblivion. At best a secondary concern during the “memory boom” of the 1980s and 1990s, the phenomenon of forgetting commands widespread interest these days, not only in academic circles but also in the art world and across society.

Prominent memory scholars such as Paul Connerton, Aleida Assmann, and Paul Ricœur insist on the need to differentiate between different types or forms of forgetting, some constructive, others destructive. The anthropologist Ann Laura Stoler has famously put forward the concept of aphasia as an alternative to forgetting to describe European nations’ problematic relationship with their respective colonial histories. In a much-talked-about book, the journalist David Rieff provocatively calls for a rehabilitation of forgetting as a worthy pursuit. Memory loss is being studied as a major symptom of dementia, arguably the signature illness of this era of big data and information overload, which could yet become known as a “digital Dark Age” to future historians due to the ephemerality of born-digital materials. Responding to what seems to be the opposite fear, a ruling by the European Court of Justice has enshrined a “right to be forgotten” in EU law, giving EU citizens the right to have their personal data erased under certain circumstances. Meanwhile, numerous artists and activists have been investigating, documenting, and protesting processes and practices of forgetting, erasure, denial, and repression, often in response to official attempts to impose a hegemonic version of a contested past and to suppress, silence, or marginalize dissenting voices.

Featuring keynote lectures by Pumla Gobodo-Madikizela and Michael Rothberg, the international symposium “Arts of Oblivion” will bring together scholars, artists, and activists to discuss how, why, and to what effect contemporary culture addresses issues of forgetting in relation to a diverse range of individual as well as collective histories of violence, trauma, and illness. The programme will include a mix of presentations, interviews, roundtables, and film screenings, and allow ample time for discussion and interaction.

Attendance is free, but registration is required. All participants, both speakers and attendees, should register via the symposium website by 10 March 2020 at the latest.

 

THINKING FORWARD - Laurent Testot & Carole Talon-Hugon - Mars 2020

Conférences

THINKING FORWARD

Culture du déni, art du sursaut

05 & 12.03.2020 – 17:00

Chaque année, Les Brigittines s’associent avec le Master en Arts du Spectacle de l’Université Libre de Bruxelles pour mener une réflexion élargie autour de la scène actuelle en empruntant à l’anthropologie, à la sociologie et à la philosophie pour stimuler le regard analytique du spectateur. L’objectif des conférences Thinking Forward est de donner matière à penser les enjeux des créations contemporaines. Cette saison, trois conférences sont proposées sur la thématique « Culture du déni, art du sursaut ». Nous souhaitons aborder ces notions selon trois points de vue : les enjeux de l’histoire, ceux de la question climatique et environnementale, ceux des arts visuels et des arts de la scène. L’idée est d’interroger nos responsabilités, tant collectives qu’individuelles, face à ces différents domaines. Après l’autrice et réalisatrice Géraldine Schwarz en décembre dernier, nous avons le plaisir d’accueillir le journaliste et auteur Laurent Testot, et la philosophe Carole Talon-Hugon. Plus d’infos ci-dessous.

+Info 

 

05.03.2020

LAURENT TESTOT

Climat et civilisations, une histoire planétaire

+Info 

 

12.03.2020

CAROLE TALON-HUGON

L’Art sous contrôle – Nouvel agenda sociétal et censures militantes

+Info 

"Tango, genre et mouvement" Conférence de Claire DEVILLE - KFEM Bruxelles 20.02.2020

« Tango, genre et mouvement »

Claire DEVILLE

KFEM Bruxelles – 20 février 2020 – 18h00

Claire Deville, doctorante et membre de notre centre de recherche CiASp, où elle développe une réflexion créatrice sur l’écriture poétique du mouvement. Dans ce cadre elle se penche aujourd’hui sur la place de la femme dans le tango argentin, quand le dialogue du couple de danseurs·ses crée la matière.

Danseuse et écrivaine, elle est l’auteure de deux romans, autour du tango argentin Les Poupées Sauvages et des parfums Les Citrons

Lors de cette conférence, Claire Deville nous  présentera ses différents travaux avant de nous inviter à survoler l’évolution du tango dans l’histoire, en passant par les débats des années 50 sur la place des femmes dans la discipline.

Après quelques projections, nous discuterons autour de la confusion entre genre et mouvement. 

Nous découvrirons également le projet photo de Letizia Finizio, Genre ! rassemble des témoignages de personnes LGBTQIA+, queer et/ou non-binaires, de Bruxelles et d’ailleurs. L’auteure rencontre les participant·es, le plus souvent dans l’intimité de leur lieu de vie, sinon dans un endroit qu’ils affectionnent, afin de parler de leur rapport au(x) genre(s) et aux sexualités.

C’est avant tout un échange intime qui mène ensuite à un portrait photo

Merci de vous inscrire via le nouveau tout beau site internet https://www.mondefemmes.org/kfem-tango/

 

Publication "When Fact is Fiction" de Nele WYNANTS - 30 janvier 2020 réception de présentation - Malines

« When Fact is Fiction »

Nele WYNANTS

Malines – 30 janvier 2020 – 18h30-20h00

We are happy to let you know that my new book When Fact is Fiction has been published and will be festively launched this Thursday January 30th at the event below in Mechelen in Museum Hof Van Buysleyden (during the reception between 18:30 and 20:00). Participation in the seminar is free of charge but please register on the ARIA website

 

Review copies can be ordered by sending an e-mail to pia@valiz.nl

 

B-Magic PhD Seminar + Research Event "Projecting Citizenship" - 24 Janvier 2020

Lecture by Gabrielle Moser and screening Aphasia, a film by Jelena Jureša 

24 January 2020, 19:00 (lecture), 20:30 (film) 

CINEMATEK, Rue Baron Horta 9, 1000 Bruxelles 

 

Art historian and curator Gabrielle Moser (Canada) and artist Jelena Jureša (Yugoslavia) focus on the role of (colonial) photography and film in the construction and concealment of colonial ideas. By revisiting photographic archives, they both show the ambiguity in their histories and performative power in the present.  

Magic Lanterns and Colonial Instruction: Spaces of Civic Education in the British Empire: Between 1902 and 1945 the British government’s Colonial Office Visual Instruction Committee (COVIC) distributed a series of lantern slide lectures around the British Empire. From Canada to Hong Kong, and the West Indies to Australia, the lectures were shown to school children to teach them what it meant to look – and to feel – like a citizen of the Empire. During this lecture, Gabrielle Moser will examine how the magic lantern played a central role in creating ideas of citizenship of the British Empire. She will discuss how it was possible for citizenship to become a photographable and teachable subject and how, in turn, spectators used the COVIC photographs for protest and resistance. 

Gabrielle Moser is a writer, educator and independent curator whose research focuses on the historical construction of citizenship as a photographable subject. Her dissertation investigates the construction of imperial citizenship in photographs produced by the Colonial Office Visual Instruction Committee. Her current research project, “Picturing race and citizenship: photography and belonging in Canada, 1900-1948,”  based at the University of British Columbia and supported by a SSHRC postdoctoral fellowship, investigates how racialized subjects used their encounter with the camera to make claims for citizenship in Canada, before its legal enactment in 1948. Moser holds a PhD in art history and visual culture from York University and teaches at OCAD University. 

Aphasia is a film built up in three interwoven chapters. Each part focuses on the absurdity that arises from the collective silence surrounding crimes and the fragmentation of historical events, tracing the line between Belgian colonialism, Austrian antisemitism and the war in Yugoslavia. Focusing on the blind spots of history and the difficulty of speaking about the troubled past, the film charts the line starting with the museum dioramas in Tervuren through photography to film and, like the bullet from the FN Herstal 1910 pistol that became emblematic of the WWI, connects Bosnia, Serbia, Austria and Belgium in their seemingly disparate fates and historical amnesias. 

Jelena Jureša is a visual artist born in Novi Sad (Yugoslavia) who lives and works in Ghent. She has been extensively working with the questions of identity, politics of memory and oblivion through the media of photography, video and text. Being an artist who works with history and with archives, Jureša investigates the notion of truth on the verge of representation, hence combining private memories with artifacts and political and historical narratives. 

PhD Seminar by Gabrielle Moser 15h00 – 17h00 

Lecture by Gabrielle Moser 19h00 – 20h00 

Introduction + screening Aphasia by Jelena Jureša 20h30 – 22h30  

http://b-magic.eu

© Aphasia, Jelena Jureša

Romanian Cinema in the cultural framework ULB@Cinematek 6-7 Décembre

Romanian Cinema in the Cultural Framework: A multidisciplinary approach (film, literature, history and the visual arts)

Madame, Monsieur,

Nous vous invitons à rejoindre ce week-end, le Symposium international, organisé par notre « Filière Cinéma » à l’occasion d’Europalia et du lancement de l’alliance interuniversitaire européenne CIVIS, qui accueillera des spécialistes de renom pour des interventions spécifiques au domaine film, ainsi que des présentations généralistes sur la culture et l’histoire roumaines au sens large.

Les différentes interventions s’articulent autour des thèmes suivants : La Roumanie aux carrefour des cultures et des mythes ; Le paradigme de la Révolution roumaine de 1989, un questionnement toujours en cours ; L’exil de l’entre-deux guerres et son impact sur la création ciné-littéraire :  Benjamin Fondane et Panaït Istrati; Modernités  et nouvelles vagues roumaines  ( 1960-2019); « Surveiller et punir » : les aléas de la censure en littérature et au cinéma.

Le programme détaillé du colloque:

December 6,

9.00H – 18.00: Cinematek, 9, rue Baron Horta, 1000 Brussels

9.00 – 9.30: Welcome and coffee

9.30-10.00: Accueil et Présentation du colloque

Yvon Englert, Recteur de l’Université libre de Bruxelles

Ph.D. Liliana Țuroiu Coordinatrice générale Europalia Romania 2019, Directrice du Centre culturel roumain Bruxelles

Prof. Liviu Papadima (Prorecteur, Université de Bucarest)

10.00-10.45: Keynote 1: Prof. Marianne Mesnil (ULB) : Sociologie rurale, folklore patriotique roumain et   acte  révolutionnaire de refondation : Trois aspects de la  recherche ethnographique filmée

Modératrice prof. D.Nasta (ULB)

  • 45-11.05: Xavier Luffin (Prof. ULB, Doyen Faculté LTC):  Panait Istrati et l’idéal d’une Roumanie multiculturelle. Du roman à l’écran  
  • 05-11.25: Liviu Papadima ( Prorecteur, Prof. Université de Bucarest) : Romanian Cinema and the work of writer Ion Luca Caragiale
  • 25-11.45: Ann Van Sevenant, (Vrije Universiteit Brussel) : Le cinéma autonome selon Benjamin Fondane

11.45-12.30: Q&A

12.30-14.00 Lunch : pause sandwiches dans le foyer de la Cinematek

14.00- 15.30

Cinéma roumain et littérature (session 2): Modératrice prof. Alice Toma (ULB)

  • 00-14.20: Angelo Mitchievici (Université de Bucarest): Joyeuses et tristes apocalypses – la tentation de la dystopie: Pourquoi sonnent les cloches, Mitică? (L. Pintilie) et Glissando (M. Daneliuc)
  • 20-14.40: Marina Vargau (Université de Montréal, Canada) : De l’écrit à l’image : adapation de la prose de Mircea Eliade à l’écran
  • 40-15.00: Roxane Enescu (Faculté d’Architecture, ULB): Rapport tactile et haptique de Constantin Brancusi avec la matière à travers l’image filmée.

15.00-15.30: Q&A

15.30- 16.00 Coffee break

Modératrice Amandine Sabourin (ULB)

  • 00-16.40: Pages volées de l’Histoire du cinéma roumain: origines et visages de la censure et étude de cas / Bujor T. Ripeanu (Historien du cinéma, Bucarest) et Alina Popescu (chercheuse, docteure en cinéma, Paris St.Denis, Univ. de Bucarest)
  • 40-17.30: Les mutations historiques et socio-politiques de la Roumanie à l’écran / table ronde avec différents intervenants de l’ULB et Université de Bucarest : Baudouin Decharneux (prof. ULB) Radu Carp (prof. faculté de Sciences Politiques, U Bucarest), Anne Schiltz (anthropologue, réalisatrice)

17.30-18.00: Q&A

18.30- 20.30 Dominique Nasta (prof. ULB)

Conférence en français et en anglais : La Reconstitution (1969) de Lucian Pintilie, 50 ans après sa sortie : clé de voute du cinéma roumain contemporain

Projection du film

20.30 / Cocktail Dinatoire réservé aux participants au Colloque

December 7 9.00- 16.30

Cinematek, 9, rue Baron Horta, 1000 Brussels

9.15-9.30 Welcome and coffee

9.30- 10.15 Keynote 2: Christina Stojanova (Prof. University of Regina, Canada): The Existential Realism of New Romanian Cinema

  • 15-10.35: Marian Tutui (Archivist, Film Historian, Institute for Art History, Bucharest) : Films with Outlaws, a Successful Romanian Surrogate for Swashbuckler Films
  • 35-10.55: Laszlo Strausz (Assistant Professor, Eötvös Loránd University Budapest, Hungary): Manufacturing histories: Hesitation in contemporary Romanian film
  • 55-11.15: Raluca Iacob (Visiting Fellow University of Graz, Austria) : Romanian Revolution as Mediated Representation of Historical Time in film.
  • 15-11.35: Mircea Deaca (Univ of Bucharest) : The Death of the Author : A cognitivist approach of Radu Jude’s films

11.35-12.15: Q&A

12.15-13.30: Lunch break

13.30-14.30: Book Launch : The New Romanian Cinema (Edinburgh Univ Press, 2019, ed. Ch. Stojanova ,  in the presence of contributors  C. Stojanova, D. Nasta, M. Deaca, R. Iacob, M.Tutui

The first collection of essays to map out New Romanian Cinema

Panel 5 : Romanian Cinema and its reception/ distribution in Europe

  • 30-14.50 : Joël Chapron (Responsable Europe Centrale et Orientale,« Unifrance Films »)  30 ans de cinéma roumain dans les salles commerciales françaises .
  • 50-15.10 : Elektra Venaki (Director, Centre of Greek Cinema, Altcine, Athens, Greece) : Romanian Films and the Balkan Festival Circuit

15.10-15.30 : Q&A

15.30-16.00 : D. Nasta concluding remarks & thanks.

 

Expostion & soutenance publique Carolina FELICE BONFIM "Le corps et tant qu'archive de l'autre: appropriation, incorporation et transmission"

Le corps et tant qu’archive de l’autre: appropriation, incorporation et transmission

Exposition et soutenance de thèse de doctorat en Art et sciences de l’art de Carolina Bonfim

26 et 27 novembre, 2 au 4 décembre de 14 à 18h Soutenance publique 9 décembre à 17h Hôtel van de Velde, 29 av. Franklin Roosevelt 1000 Bruxelles

Ce projet s’inscrit dans la poursuite de sa pratique artistique des dernières années, axée sur le corps et l’archive à travers une approche basée sur les arts visuels. Au moyen de différents média (photographie, vidéo, performance, texte, etc.), elle étudie les rapports entre identité, incorporation, archive immatérielle et transmission dans et par le corps.

C’est cet intérêt particulier pour la notion de corps en tant qu’archive qui l’a conduite à emprunter la voie du doctorat, comme chemin possible pour obtenir une compréhension plus vaste de la poétique de ce phénomène. Cette corrélation entre archive et corps est de plus en plus revendiquée, notamment par un certain nombre d’artistes qui considèrent le corps comme un réservoir de savoirs, voire un lieu d’héritage, et comme un véhicule capable de connecter passé, présent et futur. Que signifie archiver le corps ? En quoi cette opération diffère-t-elle de l’archivage d’objets et/ou de documents ? Comment penser un travail sur les archives à partir du corps, c’est-à-dire à partir d’un ensemble d’opérations et de méthodes qui n’aspirent pas nécessairement à l’authenticité ou à la fidélité ? Comment peut-elle montrer plastiquement des archives immatérielles ? Quelle est l’approche à adopter pour traiter les pratiques archivistiques de ce qui semble être « inarchivable » ? Telles sont les questions auxquelles elle va essayer d’apporter une réponse. À travers une pratique artistique singulière et autonome, elle va s’interroger sur la manière dont l’Autre peut être incorporé, archivé et transmis. Pour ce faire, elle a développé trois volets, trois propositions artistiques – 90 mouvements sur TECHNOGYM G6508D, Not himself, not herself, not itself et Laboratoire sur les manières de chercher, détruire, inventer, être et performer l’archive – qui constituent trois différentes approches du corps en tant qu’archive dans le but d’explorer différentes voies d’action.

Carolina Bonfim est une artiste et chercheuse née à São Paulo. Centrée sur la question des archives immatérielles, sa pratique se base sur le développement et la mise en œuvre de modes expérimentaux de transmission et de traduction. Au cours de ces dernières années, elle a mené à bien différents projets, qui ont en commun l’établissement d’un dialogue étroit avec la pensée critique. Elle a récemment exposé Not himself, not herself, not itself au Homesession Artspace (2019, Espagne). Ces travaux ont également été présentés à la Casa do Povo (2018, Brésil), au MARCO – Museo de Arte Contemporáneo de Vigo (2017, Espagne), au Centre national de danse contemporaine d’Angers (2016, France), au Museo de Arte Contemporáneo del Sur (2017, Argentine), à la Fundació Miró (2015, Espagne), à la Galerie A Gentil Carioca (2014, Brésil), au Lugar a dudas (2014, Colombie), entre autres.

Géraldine Schwarz présente "Les Amnésiques" - Conférence - 05.12.2019 17h au Brigittines

Conférence

05-12-2019 – 17h00

Géraldine Schwarz

« Les Amnésiques »

Cycle « Culture du déni, art du sursaut »

Au Brigittines

Un jour, Géraldine Schwarz découvre que son grand-père allemand a aryanisé en 1938 l’entreprise d’une famille juive qui va périr à Auschwitz. Après la guerre, un survivant demande réparation. Karl Schwarz plonge dans le déni de ses responsabilités de Mitläufer, ceux qui comme la plupart des Allemands ont « marché avec le courant ». Au fil de trois générations de sa propre famille, l’auteure retrace le long travail de mémoire qui permit à l’Allemagne de l’Ouest d’ancrer la démocratie dans sa société. Elle le compare aux lacunes mémorielles qui frappent de nombreux pays européens et ont ouvert la porte au populisme aujourd’hui.

Chaque année, Les Brigittines s’associent avec le Master en Arts du Spectacle de l’Université Libre de Bruxelles pour mener une réflexion élargie autour de la scène actuelle en empruntant à l’anthropologie, à la sociologie et à la philosophie pour stimuler le regard analytique du spectateur. L’objectif des conférences Thinking Forward est de donner matière à penser les enjeux des créations contemporaines.

Plus d’infos ici

Lecture-performance Gilson Motta 02-12-19 et Tania Alice 03-12-19

Lecture – Performance

Gilson Motta – 2 décembre 2019

Tania Alice – 3 décembre 2019

Salle Delvaux – ULB

Il s’agira d’art relationnel, de performance, de théâtre d’ombres et d’art participatif. A ne pas manquer donc! Venez, venez… 

 Lundi 2 décembre 18h Soirée Théâtre d’Ombres et Performance (Gilson Motta)

Présentation des recherches en théâtre d’ombres développées par le Laboratoire d’Objets Performatifs et Théâtre d’Animation de l’Université Fédérale de Rio de Janeiro (UFRJ), coordonné par l’artiste-chercheur et enseignant Gilson Motta. Il réalisera une conférence, d’une durée de 50 minutes environ, suivie de quelques exercices de performances d’ombres.

 

Mardi 3 décembre 18h Soirée Performance relationnelle et Projets Participatifs (Tania Alice)

La soirée s’établira autour d’une conférence participative sur la performance, l’art relationnel et participatif et présentera divers projets artistiques réalisés par Tania Alice, artiste-chercheuse et enseignante en Licence, Master et Doctorat à l’Université Fédérale de l’Etat de Rio de Janeiro (UNIRIO) dans le cadre de l’association Performers sans Frontières.

 

Où: Salle Delvaux, ULB.

Gratuit, avec réservation: il suffit d’envoyer un mail à spectvivulb@gmail.com en indiquant la (les) soirée(s) à la quelle (auxquelles) vous souhaitez assister.

 

Evènement organisé par le master en arts du spectacle vivant de l’ULB avec le support du Centre de recherche en cinéma et spectacle vivant (CiASp) www.taniaalice.com www.performerssemfronteiras.com

 

Europalia - "La saison Cinéma de l’hiver belge 2019-20 sera résolument roumaine!" Dès le 21 novembre 2019

La saison Cinéma  de l’hiver belge  2019-20 sera résolument roumaine! Il y en aura pour tous les goûts, car l’équipe Europalia a concocté un programme d’une diversité hors du commun : des films interdits ou censurés à l’époque de leur sortie, des documentaires peu ou jamais diffusés, de l’animation, des courts-métrages inédits, des Master class avec des cinéastes et des techniciens de grand renom, des films pour enfants, un colloque pluridisciplinaire sur le cinéma roumain et le contexte culturel qui l’a fait naître, des dialogues belgo-roumains entre cinéastes nourris par la même passion pour le “found footage”, des films dits de propagande où se nichait déjà la subversion, des lancements d’ouvrages etc, etc, etc. 

Donc n’attendez plus, synchronisez vos agendas et réglez  votre horloge  culturelle à l’heure roumaine! Toutes les infos se trouveront sur le site d’Europalia www.europalia.eu et seront régulièrement mises à jour sur https://www.dominiquenasta.com, où vous trouverez les liens pour les  activités organisées à la Cinematek, à Bozar, au cinéma Palace, à l’INSAS , au KASK de Gand, etc. La saison  démarre déjà cette semaine, plus précisément le jeudi 21 novembre à 19H au cinéma  “Palace”:   vous pourrez découvrir  la magie des courts-métrages roumains, là où tout a commencé pour les désormais célèbres  Cristian Mungiu,  Corneliu Porumboiu ou  plus près de nous pour la très audacieuse Adina Pintilie.

Bel hiver cinéphilique!

 

 

 

Moshta - Un film de Talheh Daryanavard - Projet à Flagey du 9 octobre au 21 novembre 2019

Moshta

Talheh Daryanavard

2019

 

Sur les plages de l’île de Qeshm dans le sud de l’Iran, quelques pêcheurs aux techniques archaïques ont conservé des énormes pièges à poissons appelés «Moshta ». Mais le temps où les ressources de la mer abondaient n’est plus et malgré un paysage d’une beauté poétique immuable, c’est la réalité difficile d’un monde qui change qui nous est contée.

Le film de Talheh Daryanavard, en même temps qu’il trace de beaux portraits

des pêcheurs, appartient à la tradition du cinéma iranien dont l’œuvre d’Abbas Kiarostami nous est la mieux connue et à propos de laquelle Kurosawa écrivait : «  Ce que j’aime dans vos films, c’est leur simplicité et leur fluidité, même s’il est bien malaisé de les décrire. » 

Dédié à son père, Moshta livre le sentiment très personnel d’un réalisateur touché d’une profonde empathie pour une communauté impuissante face aux bouleversement économiques. 

Serge Meurant, Cinergie

Le film est projeté à Flagey du 9 octobre au 21 novembre 2019

"Dance at the Museum or To What Extent the Art Object Can Become a Scenography?" - Quadriennale de Prague - 13/06/2019

Pierre Larauza présentera une communication à Prague le 13 juin dans le cadre de la Quadriennale de Prague, la plateforme de scénographie la plus importante au monde qui se déroule tous les 4 ans à Prague https://www.pq.cz.

Cette communication est intitulée « Dance at the Museum or To What Extent the Art Object Can Become a Scenography? » où au travers de son témoignage sur les expériences au Vietnam de danse au musée, il interroge le statut scénographique de l’objet artistique exposé : ce dernier peut-il devenir une scénographie le temps de la performance ? Quel est le statut de cette hybridation ? Quelles transformations cela apporte-t-il au regard du visiteur-spectateur ?

CONFERENCE: "Melodrama and mise-en-scène in Italian Post-war Cinema (1945-1963)" - 1ER AVRIL 2019 - 10H-12H

Conférence exceptionnelle que donnera en anglais le professeur Ivo Blom  (auteur de « Reframing Luchino Visconti: Film and Art »,Leiden: Sidestone Press, 2017), le lundi 1 er avril 2019 de 10h à 12h au NB2VIS

Melodrama and mise-en-scène in Italian Post-war Cinema (1945-1963).


Parting from John Gibbs’ chapter on melodrama and mise-en-scene as my general frame, I will focus my talk on Italian melodrama of the postwar years, using mainly two sources, Louis Bayman’s book 2014 book « The Operatic and the Everyday in Post-war Italian Film Melodrama », and my own 2018 book « Reframing Luchino Visconti: Film and Art. I will focus on the one hand on Bayman’s treatment of the so-called popular neorealism and the opera film. Yet, I will combine this with Visconti’s own balance between distanciation and identification in his mise-en-scène.My main focus will be on Luchino Visconti’s operatic film « Senso » (1954), but I will involve other films from the 1950s as well, such as the popular melodramas by Raffaele Matarazzo, and melodramas with the stars Anna Magnani and Silvana Mangano.

https://ivoblom.wordpress.com/about
research.vu.nl/en/persons/il-blom.

IMAGINEERING VIOLENCE - Spectacle and print in the early modern period

Cycle de conférences "Morale, censure et autocensure dans les pratiques artistiques contemporaines." 14 & 28 février 2019

Invitation Symposium: "The diversity of work in the creative and cultural industries" - 4 décembre 2018

Invitation Symposium:
« The diversity of work in the creative and cultural industries »
(voir plus bas pour la version française)

We are happy to invite you on Tuesday the 4th of December 2018 to the Closing Symposium of the research project ‘The diversity of work in the creative and cultural industries’ funded by the Anticipate-program of Innoviris.

For nearly 4 years, an interdisciplinary team of researchers affiliated to six different research centers of the ULB, VUB and USL-B has been conducting research on the diversity of Brussels’ cultural and creative worlds. The aim of this collective research is to contribute to a better understanding of this broad field of study, to investigate the practices of its various actors (within different sectors) and to question the (mis)match between their needs and the responses provided by the (multiple) cultural policies that operate in the Brussels Region.

The closing symposium of our Innoviris project will be the perfect opportunity to present the main results of our research and to launch our edited volume on « creativity in the divided city of Brussels » (Urban Notebooks series of VUBPress, 2018). Affiliated with our Innoviris project, researchers funded through a Brussels Centre for Urban Studies Civil Society Fellowship will present the results of their research on cultural policy practices in Brussels. Finally, a round table discussion with representatives from the creative field – policymakers, cultural institutions, and artists – will close the event.

When:
Tuesday, the 4th of December 2018, from 13:30 until 18:00.

Where:
Auditoire Victor Bourgeois, ULB Faculté d’Architecture La Cambre Horta – Flagey 19

Registration:
Free, but registration is obligatory, before the 30th of November 2018 by using the registration form

Detailed schedule:
• 13:30-13:45: Arrival and registration of participants
• 13:45-14:00: Introductory word (in English) by Bas van Heur (VUB)
• 14:00-15:30: Presentation (in English and French) of research findings by Jef Vlegels (VUB & UGent), François Rinschbergh (ULB & USL-B) and Eva Swyngedouw (VUB)
• 15:30-16:00: Coffee Break
• 16:00-16:30: Presentation of research results in the framework of the Brussels Centre for Urban Studies Civil Society Fellowship by Leen De Spiegelaere (Met-X) and Sophie Alexandre (KFDA) (both former representatives of the Réseau des Arts à Bruxelles/Brussels Kunstenoverleg (RAB/BKO)
• 16:30-17:30: Round table discussion with invitees from the cultural and creative sector and moderated by Karel Vanhaesebrouck (ULB)
• 17:30-17:45: Concluding word (in French) by Jean-Louis Genard (ULB)
• 17:45…: Reception

For more information about the main objectives of our project: https://workccsbrussel.wordpress.com

We hope that we have stimulated your interest for this afternoon of presentations and exchanges and would be pleased to meet you on this occasion.

Sincerely,

Researchers and research supervisors:
Jean-Louis Genard (ULB), Judith le Maire (ULB), François Rinschbergh (USL-B & ULB), Christine Schaut (USL-B), Eva Swyngedouw (VUB), Karel Vanhaesebrouck (ULB), Bas van Heur (VUB), Jef Vlegels (VUB & UGent) and Walter Ysebaert (VUB).

– – – – – – – – – – – – – – – –
Version française :
– – – – – – – – – – – – – – – –
Invitation au colloque de clôture de la recherche Innoviris :
« The diversity of work in the creative and cultural industries »

C’est avec grand plaisir que nous vous invitons le mardi 4 décembre 2018 au colloque de clôture de notre recherche sur la culture et la créativité intitulée « The Diversity of Work in the Creative and Cultural Industries » et financée par le programme Anticipate de l’organisme bruxellois de promotion de la recherche Innoviris.

Pendant près de 4 ans, une équipe interdisciplinaire de chercheur.e.s issu.e.s de l’ULB, l’USL-B et la VUB s’est intéressée de près à la diversité des univers culturels et créatifs de Bruxelles. L’ambition de cette recherche collective a été de contribuer à une meilleure connaissance de ce large domaine, d’enquêter sur les pratiques de ses divers acteurs (au sein de différents secteurs) ainsi que de questionner l’adéquation entre leurs besoins et les réponses apportées par les (multiples) politiques culturelles qui s’appliquent sur le territoire de la Région bruxelloise.

Le colloque de clôture de notre projet Innoviris sera l’occasion de présenter les principaux résultats de nos enquêtes et d’annoncer la publication d’un ouvrage coordonné par notre équipe et portant sur « la créativité » dans cette « ville divisée » qu’est Bruxelles (Cahiers Urbains de la VUBPress, 2018). Affiliés à notre projet Innoviris, des chercheures financées par une bourse (Civil Society Fellowship) du Brussels Centre for Urban Studies présenteront les résultats de leurs enquêtes sur les pratiques en matière de politiques culturelles à Bruxelles. Enfin, une table ronde rassemblant des représentants du domaine de la création bruxelloise – décideurs politiques, institutions culturelles et artistes – viendra clôturer l’événement.
Quand:
Mardi 4 décembre 2018, de 13h30 à 18h.

Où:
Auditoire Victor Bourgeois, Faculté d’Architecture La Cambre Horta, ULB – Flagey 19

Inscription:
Entrée libre, mais inscription obligatoire, avant le 30 novembre 2018, sur le formulaire d’inscription

Programme détaillé:
• 13:30-13:45: Accueil et inscription des participants
• 13:45-14:00: Mot d’introduction (en anglais) par Bas van Heur (VUB)
• 14:00-15:30: Présentation (en anglais et français) des résultats de la recherche par Dr. Jef Vlegels (VUB & UGent), François Rinschbergh (ULB & USL-B) et Dr. Eva Swyngedouw (VUB)
• 15:30-16:00: Pause café
• 16:00-16:30: Présentation des résultats de la recherche menée dans le cadre de la bourse Civil Society Fellowship du Brussels Centre for Urban Studies par Leen De Spiegelaere (Met-X) et Sophie Alexandre (KFDA) (toutes deux ex-représentantes du Réseau des Arts à Bruxelles/Brussels Kunstenoverleg (RAB/BKO)
• 16:30-17:30: Table ronde avec des invités du secteur culturel et créatif animée par Karel Vanhaesebrouck (ULB)
• 17:30-17:45: Mot de conclusion (en français) par Jean-Louis Genard (ULB)
• 17:45…: Réception

Pour plus de détails à propos des objectifs de notre projet de recherche : https://workccsbrussel.wordpress.com.

Nous espérons vivement avoir suscité votre intérêt pour cet après-midi de présentations et d’échanges et serions heureux de vous rencontrer à cette occasion.

Cordialement,

Les chercheur.e.s et promoteur.e.s de la recherche :
Jean-Louis Genard (ULB), Judith le Maire (ULB), François Rinschbergh (USL-B & ULB), Christine Schaut (USL-B), Eva Swyngedouw (VUB), Karel Vanhaesebrouck (ULB), Bas van Heur (VUB), Jef Vlegels (VUB & UGent) et Walter Ysebaert (VUB).

Invitation Symposium – Final version

L'intime à l'oeuvre: SURexposition(s) - Colloque international les 14 et 15 novembre 2018

Magic Lanterns. Between Reality and the Imaginary - The Iconography of Magic Lantern Slides: B-magic Workshop - 13 nov 2018 Mons

B-magic workshop 3 - Lanternes à la fête foraine - 5 & 6 avril 2019

B-magic workshop 3

Lanternes à la fête foraine

Artistes itinérants, médiateurs culturels dans l’Europe du 19e et du début du 20e siècle 

Date : 5-6 avril 2019

Lieu : Cinematek, Bruxelles : Rue Baron Horta 9, 1000 Bruxelles – Belgium

 

Ce symposium explorera le rôle de la lanterne magique dans les spectacles forains itinérants, comme forme de diffusion des connaissances et d’échange culturel au 19e et au début du 20e siècle. Sur les champs de foire, les attractions, les spectacles et les découvertes scientifiques se partageaient la scène. Chaque année, des forains itinérants présentaient avec enthousiasme des nouveautés spectaculaires, allant des physiques amusantes aux spectacles de curiosités, en passant par les théâtres optiques et mécaniques, les musées ethnographiques et d’anatomie, les tours à vélo, les carrousels à vapeur et, enfin, le cinéma. Le divertissement itinérant a donc joué un rôle actif et modernisateur dans la diffusion et la popularisation des valeurs culturelles, du savoir et de la science parmi les masses illettrées. Pendant la Belle Époque en particulier, la foire était présentée comme un « monde condensé » où l’on promettait à la foule de découvrir les derniers miracles de la science et de la technologie. Ces merveilles s’affichaient sur les chevalets des cabinets de curiosités, derrière les fenêtres des musées d’anatomie, ou s’exposaient le long des panoramas peints ou sur les façades des théâtres itinérants. L’intérêt pour le spectaculaire, si caractéristique de ces spectacles, offrait une initiation populaire au monde des sciences naturelles et des sciences humaines. Ce n’est pas un hasard si ces initiations étaient souvent ancrées dans le monde de la magie, les croyances populaires et le spiritisme.

Le caractère ambivalent de la fête foraine tient à son évolution historique. D’une part, la foire ou fête foraine renvoie à d’anciennes traditions de festivités religieuses ou de fêtes de la moisson, organisées en relation avec d’importantes foires commerciales qui marquèrent l’essor du commerce à partir de la fin du Moyen-Âge. D’autre part, nombre des techniques intégrées sont étroitement liées à la révolution industrielle et à sa mécanisation. En Europe, la « Fun Fair » ou « Jahrmarkt » est particulièrement bien ancrée dans les pays d’Europe occidentale, comme la Belgique, la France, l’Allemagne et l’Angleterre. L’apparition des premières fêtes foraines dans le contexte de la modernité industrielle du 19e siècle suivait donc une double logique, combinant anciennes traditions rurales et transformations inhérentes aux révolutions technologiques. Les nouveaux développements scientifiques et technologiques s’intègrent dans des rituels culturels plus anciens, ouvrant la voie à des expériences liminales à mi-chemin entre tradition et progrès.

De nombreux spectacles itinérants de divertissement recouraient à la technologie de la lanterne magique, bien que les annonces dans les journaux et les affiches publicitaires ne le démontrent pas clairement. C’est pourquoi l’utilisation de cette technologie dans les fêtes foraines est restée étonnamment peu étudiée. Pourtant, les artistes itinérants s’appropriaient les dispositifs et technologies optiques qui débarquaient sur le marché du spectacle européen. Ce faisant, ils diffusaient un savoir culturel et contribuaient à un échange d’idées entre les villes européennes et lors des foires annuelles organisées dans des villages ou villes de plus petite taille. Ainsi, en se basant sur les réseaux forains internationaux, ces artistes itinérants importaient et exportaient des techniques, valeurs et idées d’un endroit à l’autre. Ils attiraient souvent des spectateurs qui n’auraient pas pu s’offrir une place dans un théâtre ordinaire. C’était à la foire foraine que les visiteurs pouvaient admirer, souvent pour la première fois, des images de pays lointains ou des représentations des populations locales des colonies. Ils pouvaient également apprécier les démonstrations scientifiques de soi-disant physiciens, chimistes ou astronomes, entremêlées d’expériences surnaturelles. Présentées comme des séances scientifiques, les ombres lumineuses projetées par la lanterne permettaient souvent au public profane d’entrer en contact avec le monde spirituel, l’au-delà ou même des âmes du passé.

 

Ce symposium s’attachera au rôle des artistes itinérants adeptes de la lanterne en tant que médiateurs culturels dans l’Europe du 19e et du début du 20e siècle. Comment se sont-ils approprié la science et la technologie et comment les ont-ils diffusées auprès d’un public profane ? Comment ont-ils véhiculé des valeurs culturelles, esthétiques et morales à travers les frontières nationales ? Comment ont-ils combiné de plus anciennes traditions visuelles, comme le cabinet de curiosités, avec les nouveaux développements technologiques ? Comment ont-ils contribué à la formation d’une culture visuelle commune en Europe occidentale ? Nous accorderons une attention particulière à la relation complexe, mais bien vivante, entre la science et le rituel, entre le savoir et le surnaturel, entre la connaissance et les croyances. Notre but est de dévoiler comment l’expérience liminale s’imbriquait dans les mondes de la science et du divertissement, et interagissait subtilement avec ces deux univers.

 

Le programme de ce symposium de deux jours sera alimenté par diverses contributions d’académiciens de renom international, de collectionneurs et de performeurs, réunissant le monde du théâtre, du cinéma des premiers temps et de la culture visuelle de masse, devant un plus large public.

 

Le symposium proposera également une journée de démonstrations de lanterne magique par des membres de la Magic Lantern Society, une exposition et des projections de films de la collection de la Cinematek, avec un accompagnement musical live.

 

***

 

Le symposium est organisé par le THEA Joint Research Group et le CiASp Centre de recherche en Cinéma et Arts du Spectacle (Université libre de Bruxelles), en collaboration avec les partenaires du consortium B-Magic.

 

Le programme complet de ce symposium sera bientôt publié sur ce site. Pour plus d’informations, veuillez contacter Nele Wynants (nele.wynants(a)ulb.ac.be ).

Didier VOLCKAERT - Epreuve publique pour l'obtention du grade académique de Docteur en Arts et Sciences de l'Art
7 et 8 juillet 2018: Forum des nouvelles écritures dramatiques européennes dans le cadre du Festival d’Avignon

CiASp co-organise le 3e Forum des nouvelles écritures dramatiques européennes dans le cadre du Festival d’Avignon:

7 et 8 juillet, de 11h à 13h et de 14h à 17hGymnase du lycée Saint-Joseph, Avignon.

L’émergence de nouvelles écritures dramatiques en Europe est particulièrement marquante aujourd’hui. Ce Forum, après ceux de Strasbourg (2016) et de Bruxelles (2017), entreprend de les explorer en invitant dix auteurs européens à deux journées de discussions et de débats. Les mises en lecture d’extraits de leurs textes par des élèves de grandes écoles de théâtre initieront pour chacun les échanges avec les élèves, les auteurs, leurs traducteurs, des spécialistes des écritures contemporaines et le public.

Auteurs Michaël Bijnens, Carly Wijs (Belgique), Lola Blasco (Espagne), Beniamin M. Bukowski (Pologne), Joana Craveiro (Portugal), Zinnie Harris (Grande-Bretagne), Bonn Park (Allemagne), Pier Lorenzo Pisano (Italie),Tyrfingur Tyrfingsson (Islande), Tomislav Zajec (Croatie)

Org.: Théâtre National de Strasbourg, Esact Liège, RITCS Bruxelles, Université Paris Nanterre, Université Libre de Bruxelles (ULB), Maison Antoine Vitez

Lien: http://www.festival-avignon.com/fr/spectacles/2018/forum-des-nouvelles-ecrituresdramatiques-europeennes

Le programme est accessible via le lien ci-dessous:

09_ Forum des nouvelles écritures dramatiques européennes

26-27/05/2018: Too soon too late : Exposition performance - BOZAR

En collaboration scientifique avec le Ciasp, Centre de recherche en cinéma et spectacle vivant de l’ULB,

Dans la continuité du colloque « Remembering 1918 : East and Central European Modernity Rebuilding in Performing Arts »,

Dans le cadre de  « Remembering 1918 : European dreams of Modernity », Bozar,

Sur une initiative du Centre tchèque de Bruxelles,

                   TOO SOON TOO LATE

DIALOGUE PERFORMATIF D’ARTISTES DE 8 PAYS EUROPÉENS

Miřenka Čechová – Agnija Šeiko – Johanne Saunier – Stanislav Dobak – Brynjar Åbel Bandlien – Florin Flueras – Monika Drozyńska – Katarzyna Chmielewska – Jakub Truszkowski – Leszek Bzdyl – Katarzyna Ustowska – Anna Steller – Piotr Stanek

 

Différents artistes issus de l’Europe centrale et baltique, accompagnés d’artistes belges, ont créé une exposition-performance – spécialement conçue pour le bâtiment du Palais des Beaux-Arts – dont le thème majeur est le centenaire de l’indépendance des États d’Europe centrale suite au Traité de Versailles. L’idée au centre du projet est d’interroger la modernité, les années de l’avant-garde et leur héritage. Les praticiens ont donc réfléchi aux différents changements survenus depuis un siècle dans leurs pays respectifs, dans la nouvelle Europe ou dans la société en général.

Le public est invité à se déplacer au gré de ses envies entre les spectacles de danse, les performances et les installations vidéo qui seront proposés en boucle de 90 minutes.

Lieu: Bozar

PAF: 12 euros

Quand: Sam 26 mai à 17.00 – Dim 27 mai à 16.00 – Dim 27 mai à 19.30

Coproduction : Institut Polonais – Service Culturel de l’Ambassade de la République de Pologne à BruxellesBalassi – Service culturel de l’Ambassade de la République de Hongrie à BruxellesCentre Tchèque à Bruxelles, Institut culturel roumain , Arts and Theatre Institute Institut umění – Divadelní ústavInstytut Teatralny im. Zbigniewa RaszewskiegoCentrului Național al Dansului București Österreichisches  Kulturforum Brüssel , Lietuvos Kultüros institutas, The theatre Institute, Hungarian Theater Museum and Institute

04/05/2018: Séminaire international Narratology and World Cinema

Le Séminaire international : World Cinema & Narratology aura lieu le vendredi 04/05/2018 de 14.00 – 18.00 à la Maison des Arts (Avenue Jeanne, 56).

Comment le cinéma périphérique permet-il l’émergence d’autres manières de raconter ? Aujourd’hui world cinema désigne une dé-localisation géographique, mais aussi des circuits de production et de distribution alternatifs, à l’écart de l’industrie hollywoodienne dominante : productions indépendantes, festivals, commissions artistiques, etc.                                                                                         

Ce séminaire sera l’occasion pour les Centres de Recherche Philixte (Études Philologies, Littéraires et Textuelles) et CiAsp (Cinéma et Arts de la scène) d’unir leurs efforts afin d’aborder le cinéma au pluriel comme « nouvel art du récit ».

Programme :

  • David Martin-Jones (Glasgow University), World Cinema Narrates World History
  • Christophe Den Tandt (Université Libre de Bruxelles), Existe-t-il un réalisme mineur? La représentation réaliste du monde social au cinéma peut-elle servir des stratégies de résistance?
  • Camille Bourgeus (Universiteit Antwerpen), ‘Scope’ over ‘Duration’: Storytelling and critical realism in the films of Wang Bing
  • Thea Rimini (Université Libre de Bruxelles), Le Nouveau Documentaire Italien: Quelques Pistes

Le séminaire est ouvert à tous, mais le nombre de place est limité.

Inscription souhaitée auprès de jdecockd@ulb.ac.be

Vous trouverez de plus amples informations sous le lien suivant: SEM_PHIL_NARR2

 

22/02/2018 - 22/03/2018 : THINKING FORWARD - Cycle de Conférences

En étroite collaboration avec le Master en Arts du Spectacle et CiASp | Centre de recherche en cinéma et spectacle vivant de l’ULB.
Dans le cadre de « 2018. Année de la Contestation »,

Une initiative de la Ville de Bruxelles

S’associant avec plaisir à la célébration et à la réflexion que la Ville de Bruxelles a lancées autour du cinquantième anniversaire de Mai 68, Les Brigittines proposent quatre conférences qui analyseront la signification de cet événement central de notre histoire récente mais qui évoqueront également la contestation et la contre-culture et aussi la façon dont les avancées et les ouvertures d’alors peuvent trouver un écho aujourd’hui : interrogations et urgences orientées sur les questions sociales et écologiques.

22.02.2018 – 17:00 > 19:00 – en français
1968 : contestations, engagements, émotions
Ludivine Bantigny

Ludivine Bantigny propose d’explorer l’événement 1968 sous l’angle de la contestation en tant qu’elle interroge l’établi et brise ses évidences. Le mouvement social et la grève générale sont alors pétris d’émotions et font de l’événement une expérience sensible, où le corps même est engagé.

Les mots majeurs de 1968 – on dirait les maîtres mots s’il n’était question justement de déloger les maîtres et la domination – sont ceux de contestation et d’insubordination. Les protagonistes des barricades et des occupations prennent le temps, ce temps que la grève laisse, ce temps si différent, pour lézarder l’écorce des conventions sociales. Les imaginaires contestataires rompent avec le tout-venant de ce qui va de soi, pour mieux révéler en quoi il ne va pas. Les classements et les hiérarchies sont interrogés, comme le sont les identités. Des potentialités s’entrouvrent et laissent apercevoir ce que pourrait être un monde différent. 1968 est pétri d’expériences sensibles et affectives : émotions politiques s’il en est, dans la joie de bousculer l’ordre des choses, de rire au nez de ce monde et de l’imaginer autrement ; émotions politiques aussi dans la frayeur de certains et les tensions attisées. Il s’agit donc de donner plein crédit à ce qui est éprouvé, imaginé et ressenti.

Ludivine Bantigny est maîtresse de conférences en histoire contemporaine à l’Université de Rouen. Sa thèse de doctorat a porté sur la jeunesse dans les années 1950 et 1960 en France : Le plus bel âge ? Jeunes, institutions et pouvoirs en France des années 1950 au début des années 1960. Ses thèmes de recherches concernent en particulier l’histoire du genre, l’histoire de l’engagement et l’histoire des jeunesses et des générations. Son dernier ouvrage explore et revisite l’année 1968 : 1968, de grands soirs en petits matins (Paris, Seuil, 2018).

01.03.2018 – 17:00 > 19:00 – en français                                                                                                                                                          L’énigme de Mais 68. Un mouvement contre-culturel international
Christophe Bourseiller

Bien loin de se cantonner au seul Mai français, l’année 1968 est marquée par une révolte générationnelle internationale.
Mais pour quel but ?

Comment expliquer la révolte générationnelle et internationale de 1968 ? De Paris à Bruxelles en passant par Prague, Rome, Berlin-Ouest, Mexico, San Francisco, Amsterdam, Copenhague, Milan, on voit éclore un mouvement de contestation juvénile inédit.
Plusieurs questions se posent : pourquoi la génération qui a vingt ans en 1968, et seulement elle, descend-elle dans la rue ? Qu’est-ce qui caractérise cette génération spécifique ? On n’a pas observé par la suite un soulèvement de la jeunesse de même ampleur.
Quelles sont les revendications des contestataires ? Elles portent avant tout sur la vie quotidienne et sa libération.
Et quelle forme la révolte emprunte-t-elle ? Celle d’un dispositif inédit, que l’on désigne sous l’intitulé de la contre-culture. En quoi le phénomène apparaît-il pour la première fois ?
Que reste-t-il enfin de cette poussée de fièvre mondiale et simultanée ? Doit-on tresser des couronnes au Mai français ? Quel bilan aujourd’hui ?
La fête semble momifiée. Seul demeure le souvenir lointain d’un instant de bave.
La machine à récupération a-t-elle rempli sa fonction ?

Historien, écrivain et comédien, Christophe Bourseiller est l’auteur d’une trentaine de livres. Nombre d’entre eux portent sur les mouvements d’extrême gauche et les contre-cultures. Acteur, il a tourné dans une vingtaine de films, sous la direction de Jean-Luc Godard, Yves Robert, Pierre Jolivet, Jacques Demy, ou Claude Lelouch.

15.03.2018 – 17:00 > 19:00 – en français                                                                                                                                          L’incendie du négatif. Le théâtre à l’épreuve de la radicalité
Olivier Neveux

Il est acquis désormais que « tout théâtre est politique ». L’affirmation permet de délester la politique de son lot d’orientations, de pratiques, de choix et de clivages, d’alliances et d’organisation. Il est peut-être moins consensuel mais plus productif d’interroger ce que la politique peut, en ces cas, désigner. Et, dès lors, choisir celle qui s’avère la plus à même d’orienter notre présent.

Il s’agira donc de revenir sur une histoire valeureuse mais opprimée, plus riche et plus diverse qu’on ne le dit : celle d’un théâtre qui n’a cessé de « dire non » et qui s’est inventé en conséquence : formes, public, adresses, récits. En ces temps de commémoration souvent embaumante et opportuniste de 68, l’idée est d’interroger ce qui subsiste et peut encore inspirer, encourager, au théâtre, la nécessité vive de « tenir le non » et d’habiter le négatif d’un monde insupportable – et cependant supporté.

Olivier Neveux est Professeur d’histoire et d’esthétique du théâtre à l’Ens de Lyon. Il est rédacteur en chef de la revue Théâtre/Public. Il est l’auteur, notamment, de Théâtres en lutte, Le théâtre militant en France des années 1960 à aujourd’hui (La Découverte, 2007), Politiques du spectateur. Les enjeux du théâtre politique aujourd’hui (Editions La Découverte, 2013) et plus récemment de Le Théâtre de Jean Genet (Ides et Calendes, 2016).

22.03.2018 – 17:00 > 19:00 – en français                                                                                                                                                  Une révolution écologique                                                                                                                                                                              Razmig Keucheyan                                                                                                                                            

La transition écologique qui s’annonce suppose de savoir distinguer entre des besoins « essentiels », que les sociétés vont continuer à satisfaire, et des besoins qu’il faudra écarter, car ils sont néfastes au plan environnemental. Mais comment parvenir à établir cette distinction et quel sens a-t-elle politiquement ? 

Aux quatre coins du monde, les catastrophes naturelles se multiplient. Qu’on le veuille ou non, la planète va subir une transition écologique. La question est de savoir si elle sera chaotique – certains n’hésitent pas à parler d’ « effondrement » – ou si les sociétés pourront garder un contrôle sur cette transition. Une transition écologique maîtrisée suppose, entre autres choses, de parvenir à distinguer entre des besoins que nous allons continuer à satisfaire, des besoins « essentiels », et des besoins qu’il faudra écarter, car ils ne sont plus soutenables sur le plan environnemental. Mais comment parvenir à établir cette distinction ? Dans cette conférence, on relira certaines théories révolutionnaires du passé pour trouver des éléments de réponse à cette question.

Razmig Keucheyan est professeur de sociologie à l’université de Bordeaux. Il est notamment l’auteur de Hémisphère gauche. Une cartographie des nouvelles pensées critiques (la Découverte, 2010), et de La nature est un champ de bataille. Essai d’écologie politique (la Découverte, 2014). https://razmigkeucheyan.wordpress.com

_________

Entrée libre – réservation souhaitée
Les Brigittines
T. +32 (0)2 213 86 10 – ticket@brigittines.bewww.brigittines.be
Petite rue des Brigittines
1000 Bruxelles

17/02/2017 - 16/08/2018 Exposition "Le Jardin du Paradoxe-Regards sur le Cirque Divers à Liège"

L’exposition « Le Jardin du Paradoxe – Regards sur le Cirque Divers à Liège » est présentée du 17 février au 16 août 2018 au Musée de la Vie Wallone. Cette exposition rétrospective présente les oeuvres et les archives de cette structure (contre-)culturelle qui a joyeusement animé la vie artistique et associative de Liège (mais pas que) pendant vingt ans (de 1977 à 1999).

A cette occasion, un important catalogue est publié chez Yellow Now, sous la direction du commissaire de l’exposition Jean-Michel Botquin.
Karolina Svobodova, qui s’intéresse au Cirque Divers dans le cadre de sa recherche doctorale, a contribué à ce catalogue en rédigeant le chapitre portant sur le secteur « théâtre » du Cirque Divers.

lien: http://www.provincedeliege.be/fr/evenement/17/13026

Karolina Svobodova a également rédigé un article sur le Cirque Divers pour la revue d’art contemporain L’art même (http://www.lartmeme.cfwb.be/). L’article intitulé « Face au miroir du Cirque Divers: jeux et enjeux de la théâtralisation de la vie quotidienne « sera publié dans le numéro 75 de ladite revue.

Toujours dans le cadre de l’exposition consacrée au Cirque Divers, elle prépare actuellement un article pour le prochain numéro du Magazine C4 (https://c4magazine.org/). Ce dernier portera sur la question de la contre-culture mais aussi sur l’intérêt (du moins son intérêt) à étudier aujourd’hui une structure comme le Cirque Divers.

02/03/2018: Invitation screening Night has come and PhD defense Peter Van Goethem

The film Night has come, which Peter Van Goethem made in the framework of his Doctorate in the Arts, will be presented on Friday 2 March 2018 at 15:30 in Cinematek (Kunstberg, Baron Hortastraat 9, 1000 Brussels) followed by the public defense of the Doctorate and a reception. You are kindly invited to attend. Entry is free but reservations are required (please send a mail to Inge Pieters at kunstenplatformb@gmail.com before 26 February).

Voice Johan Leysen / Music Guy Van Nueten / Sound design Guy De Bièvre / Editing Peter Van Goethem / Second Editor David Verdeure / Script and editing advisor Peter Krüger / Produced by Inti films

The Film Director as Archivist

The practice-based PhD project The Film Director as Archivist  investigates, through the use of existing archival material, the relationship between factual and artistic representation of history. At the basis of the research are the archival films about Brussels in the Royal Belgian Film Archive Cinematek. In the framework of his Doctorate in the Arts Peter Van Goethem created the found footage film Night has come, wrote a book entitled Restitutie and created a portrait series Tipping Point.

The film is constructed as a mosaic of memories of the main character. The archival material provides visual substance to these memories. The manner in which these memories are given shape in the film is a metaphor for the intricate ways in which human memory works. The memory of the main character is not unambiguous. His memories are heavily selective, distorted, fragmented, repetitive and forgetful. The book recounts the life story of Raymond Devaux, the creator of a series of family films which Peter Van Goethem used in the film Night has come. With this book he explores the relationship between historical fiction and history using historical sources. In addition he re-examines the relationship between fiction and truth by calling on non-existent sources, such as the manuscript of Raymond Devaux, that he wrote himself, or on existing materials which receive new meaning in other contexts, such as his portrait series Tipping Point, presumably painted by Devaux.

Peter Van Goethem

Peter Van Goethem is active as a director, producer, author and painter. He studied Pedagogical Sciences (Ugent) and Philosophical Pedagogy (KULeuven) before studying documentary film at RITCS. He regularly writes for the cultural magazine rekto:verso where he was also a member of the editorial team until 2012. With the support of the Foundation Pascal Decroos, he wrote together with Pieter Verstraete (KULeuven) the book: Iran: de kunst van het ontwijken (Acco, 2011). As a director, he has concentrated on creative documentaries in which the visual aspect of human actions and surroundings are the central theme. In his work as a painter, he draws on the tradition of landscape and portrait painting. He approaches the documentary film genre as a form of portrait. Peter Van Goethem will defend his Doctorate in the Arts “The Film Director as Archivist” on 2 March 2018.

VRIJE UNIVERSITEIT BRUSSEL (VUB) | Faculteit Letteren en Wijsbegeerte
UNIVERSITE LIBRE DE BRUXELLES (ULB) | Faculté de Lettres, Traduction & Communication
ERASMUSHOGESCHOOL BRUSSEL | RITCS School of Arts

Promotor:
Prof. Dr. Klaas Tindemans, VUB promotor/ Prof. Dr. Karel Vanhaesebrouck, ULB, promotor/ Peter Krüger, RITCS, artistic co-promotor/ Prof. Dr. Roel Vande Winkel, KULeuven

Advisory Commission:
Paul Aron, Université libre de Bruxelles,

08/02 -10/02/2018: Colloque "Corps & Cinéma : La figure du corps meurtri dans le cinéma des frères Dardenne"

Le colloque s’articule autour de la figure du corps meurtri dans le cinéma de Jean-Pierre et Luc Dardenne. Il combine des conférences dispensées par des spécialistes de l’œuvre des frères Dardenne, d’anciens étudiants en écriture et analyse cinématographiques de l’ULB, ainsi que des Master Class avec des professionnels du monde du cinéma belge.

Le public aura également l’occasion de visiter une exposition permanente d’œuvres artistiques autour de la thématique du corps meurtri.

Parmi les intervenants, nous comptons entre autres, Élise Domenach, Maître de conférences en études cinématographiques ; Rosanna Gangemi, philosophe de l’art, essayiste et journaliste ; Lambros Couloubaritsis, philosophe et professeur honoraire à l’Université Libre de Bruxelles ; Damien Keyeux, monteur et professeur à l’ULB. Les Master Class auront lieu en présence des cinéastes emblématiques du cinéma belge : Luc DardenneFabrice Du WelzBernard BellefroidJoachim Lafosse et Fien Troch.

Cet événement est né de l’initiative d’étudiants en arts du spectacle à finalité écriture et analyse cinématographiques de l’Université Libre de Bruxelles. Ce projet a pu se mettre en place grâce au Fonds Van Huele (faculté Lettres, Traduction et Communication) décerné par la Maison des Arts, et grâce au soutien de Dominique Nasta, professeure d’études cinématographiques et présidente de département des Sciences de l’information et de la communication à l’ULB.

Notre événement se déroulera sur le campus du Solbosch – Avenue Adolphe Buyl 87, 1050 Ixelles  et à la  Maison des Arts – Avenue Jeanne 56, 1050 Ixelles

Pour de plus amples informations sur notre événement, veuillez consulter notre site internet

14/02/2018: Séminaire trans-universitaire de l’Ecole Doctorale “Cinéma et Arts du Spectacle”

Ce mercredi 14 Février de 10h à 12H au J56 2.205 (la salle de réception de la Maison des arts située au premier étage, 56 Avenue Jeanne, 1050 Bruxelles), se tiendra le premier séminaire trans-universitaire de l’Ecole Doctorale “Cinéma et Arts du Spectacle” qui est, cette année, organisé par l’ULB (Muriel Andrin et Karel Vanhaesebrouck).

Au programme de cette première séance du séminaire: un tour d’information sur les recherches en cours, ainsi qu’une discussion du programme qui sera composé en fonction des spécificités méthodologiques de ces recherches.

Chaque doctorant.e inscrit à l’EDT Cinéma et Arts du spectacle devra obligatoirement suivre deux éditions du séminaire au long de sa formation doctorale. Pour les doctorants en Arts et Sciences de l’Art ou d’autres EDT pour qui la présence n’est pas obligatoire mais qui traitent néanmoins de sujets liés au Cinéma et aux Arts du Spectacle, la participation à ce séminairequi peut être créditée même si vous êtes inscrit.e.s à une autre EDT, est vivement recommandée.

Les prochaines dates du séminaire seront les mercredis 7/03, 28/03, 25/04, de 10H à 12H + une journée doctorale qui aura lieu le 29/05 (et où une présentation obligatoire doit être faite au plus tard en 2e année).

 

09/02/2018 - 19h00: FOREST OF THE HANGED – LIVIU CIULEI SPECIAL SCREENING

NL Voor de Roemenen betekende het einde van de Eerste Wereldoorlog de hereniging van de regio’s waar Roemeenstaligen woonden, meer bepaald de streken die vroeger deel uitmaakten van het Habsburgse Rijk. Het hoofdpersonage, een Roemeen uit het rijk, wordt verscheurd door zijn trouw aan het rijk en zijn liefde voor zijn vaderland. Forest of the Hanged heeft meer om het lijf dan een oorlogsfilm, en dompelt ons onder in de sociale realiteit van het interbellum, op een moment dat grenzen vervagen en dromen zich ontvouwen. De film werd onmiddellijk als een monument van de Roemeense cinema beschouwd en werd ook internationaal gelauwerd. In 1965 kaapte de film de Gouden Palm in Cannes weg.

FR Pour les Roumains, la fin de la Première Guerre mondiale marque la réunification des terres peuplées de roumanophones, notamment celles qui appartenaient auparavant à l’empire des Habsbourg. Le protagoniste principal, un Roumain de l’empire est tiraillé entre son allégeance à celui-ci et l’amour de sa patrie. Plus qu’un film de guerre, Forest of the Hanged est une plongée dans la réalité sociale de l’entre-deux-guerres, lorsque les frontières se brouillent et les rêves se déploient. Tout de suite considéré comme un des monuments du cinéma roumain, le film connut un immense succès à l’international allant jusqu’à remporter la Palme d’Or à Cannes en 1965.

EN For the Romanians, the end of the First World War marked the reunification of lands inhabited by Romanian-speakers, and in particular those that were previously a part of the Habsburg Empire. The film’s principal protagonist, a Romanian of the days of empire, is torn between his allegiance to empire and love of the homeland. More than a war film, Forest of the Hanged explores the heart of the social reality of the interwar years when borders were blurred and dreams were possible. The film was immediately regarded as a landmark film in the history of Romanian cinema, it met with huge international success and won the Palme d’Or at the 1965 Cannes Film Festival.

Preceded by a round table discussion
With Adrian Silvan Ionescu (art historian, director of the Romanian Academy’s Institute of Art History),  Marian Tutui (film historian, author of publications on the cinema) and Bujor Ripeanu (film critic and historian, author of books, dictionaries and articles on the subject).
Moderated by Dominique Nasta (ULB)

19:00 Round table on the film
20:00 Forest of the Hanged – Liviu Ciulei

Info & Tickets

CENTRE FOR FINE ARTS
Rue Ravensteinstraat, 23
1000 Brussels

INFO & TICKETS:
+32 2 507 82 00 | bozar.be 

Nouveau projet de recherche B-Magic (financement EOS) pour notre centre de recherche CiASp

CiASp, le centre de recherche en cinéma et arts du spectacle de la Faculté de Lettres, Traduction et Communication, a obtenu le projet de recherche B-Magic autour de l’impact culturel de la lanterne magique octroyé par le FWO et le FNRS dans le cadre de l’appel « Excellence of Science (EOS) « . Ce programme est destiné à financer des projets entre chercheurs du nord et du sud du pays. Pas moins de 269 projets ont été reçus et analysés en 2017, 38 projets caractérisés par un très haut niveau d’excellence ont ensuite été sélectionnés, dont 3 projets en sciences humaines seulement.

Le projet B-Magic. The Magic Lantern and its Cultural Impact as Visual Mass Medium in Belgium (1830-1940) vise à écrire l’histoire de la lanterne magique comme médium de masse en Belgique, pour ainsi faire une contribution essentielle à l’histoire culturelle du pays ainsi qu’à l’historiographie des médias internationaux. Il veut redécouvrir les différentes fonctions des spectacles de lanterne au sein du sphère public belge, plus particulièrement en ce qui concerne son usage dans le cadre de la transmission et la négociation de connaissances de toutes sortes, de normes et de valeurs, et cela par différents groupes sociaux. Des scientifiques, professionnels et amateurs du métier de spectacle, enseignants et prêtres, mouvements et organisations politiques, tous faisaient amplement usage de récits visuels projetés, pour informer, divertir, enseigner et mobiliser des publics, souvent bien au-delà de 1000 personnes par évènement. Le lanterne magique fut le premier médium de masse pour communication visuelle capable de contester le mot imprimé comme mode d’information et de communication dominant, offrant ainsi à toutes les couches de la société, lettrées ou analphabètes, de l’information visuelle autour de la nature, la religion, la science, les nouvelles technologies et les pays étrangers.

Le consortium du projet B-Magic, qui sera coordonné par le professeur Kurt Vanhoutte de l’Université d’Anvers (UA), est composé de chercheurs de l’université d’Anvers (UA), de l’université de Leuven (KULeuven), de l’université d’Utrecht (UU), de l’Université catholique de Louvain (UCLouvain) et de l’Université Libre de Bruxelles (ULB). Il rassemble ainsi une équipe interdisciplinaire composée de chercheurs actifs dans différents domaines (cinéma, histoire du spectacle, histoire urbaine, histoire des sciences, sciences de l’information et de la communication, sémiologie, et narratologie).

Le CiASp accueillera dans le cadre des ce projet deux nouveaux chercheurs post-doctoraux et deux nouveaux doctorants, qui seront supervisés par les professeurs Dominique Nasta et Karel Vanhaesebrouck.

Contacts : Dominique Nasta: dnasta@ulb.ac.be – Karel Vanhaesebrouck: kavhaese@ulb.ac.be

23-24/11/2017: Remembering 1918: East and Central European Modernity Rebuilding in Performing Arts tenue à La Bellone

La Bellone – Maison du Spectacle (Bruxelles)

La conférence Remembering 1918: East and Central European Modernity Rebuilding in Performing Arts tenue à La Bellone – Maison du Spectacle les 23 et 24 novembre 2017 trouve son argument dans le centenaire de la chute des empires européens et la création des Etats-Nations d’Europe centrale et orientale fêté en 2018. La naissance des nouveaux Etats fut accompagnée d’une double volonté de s’interroger sur la modernité et de créer une identité propre dans le concert d’une Europe multiple. On réfléchit alors intensément aux formes qu’elles devaient prendre dans la politique, dans la société et dans les arts.

La conférence a pour but d’explorer les notions de modernité et d’avant-garde et leurs avatars dans le théâtre, la danse et la performance grâce à un dialogue entre universitaires et artistes venus de Hongrie, Lituanie, Pologne, République tchèque, Roumanie et Slovaquie. Les premiers présenteront les recherches les plus récentes sur le thème des avant-gardes dans les arts de la scène (dont Dariusz KOSIŃSKI, Justyna MICHALIK et Dorota WALCZAK-DELANOIS) tandis que les seconds prendront la parole pour préciser comment leurs pratiques font échos aux réflexions (politiques, artistiques, esthétiques) nées au lendemain de la Première Guerre mondiale (notamment Joanna LEŚNIEROWSKA, Monika DROŻYŃSKA, Katarzyna CHMIELEWSKA-JANKOWSKA et Jakub TRUSZKOWSKI).

Ce dialogue sera la point de départ d’un parcours-performance in situ créé spécialement pour le bâtiment du Palais des Beaux-Arts de Bruxelles présenté le 27 mai 2018 dans le cadre du projet Remembering 1918 / European Dreams of Becoming Modern.
A suivre…

INFORMATIONS PRATIQUES
> La Bellone – Maison du Spectacle (Rue de Flandre 46, 1000 Bruxelles) – voir la carte
> jeudi 23 et vendredi 24 novembre 2017 – 10 > 17h
> entrée libre
> la conférence se tiendra exclusivement en anglais

Avec le soutien de la Faculté de Lettres, Traduction et Communication de l’Université Libre de Bruxelles et de CiASp – Centre de recherche en cinéma et arts du spectacle de l’ULB.

Programme consultable sur http: //poolsecultuur.eu/3,3,810,fr,East_and_Central_European_Modernity_Rebuilding_in_Performing_Arts

 

17 novembre 2017: Analyse et créations musicales pour l’image - Intervenants ULB: Dominique Nasta et Thomas Van Deursen

La cinquième édition des Journées d’Analyse Musicale est consacrée à l’analyse de la musique pour « l’image ». Les études sur la musique de film sont nombreuses et fructueuses. Il s’agit moins de convoquer une rencontre supplémentaire dédiée à la recherche en ce domaine que de poser la question de la place de l’analyse des musiques originales écrites/conçues pour les images jusque dans l’apprentissage de la composition. Les recherches d’où ces contributions très diverses sont issues, ont de nombreuses incidences sur la pédagogie de l’invention musicale pour l’image qui tire profit de l’analyse de ce qui se noue entre l’image et le son dans des films patrimoniaux et récents. L’étude ordonnée de séquences représentatives peut-elle contribuer à la constitution d’une typologie de ces relations (redondance, antinomie, parallélismes, etc.) ? La fonction de l’analyse ne serait-elle pas de fournir, à l’apprenti compositeur, des outils théoriques et pratiques pour la compréhension des rapports qui s’instituent entre la forme, le style, les profils de l’invention musicale, et les images pour lesquelles ils sont destinés ? Il est important d’élaborer un cadre méthodologique et théorique pour l’analyse des fonctions de la musique dans l’œuvre « mixte » ainsi inventée et de fournir par là même les outils utiles à sa création.

Séminaires, colloques et activités du centre de recherche CiASp